Accédez à vos démarches
Retour
Fermer

ACCÈS
à vos démarches

Vous souhaitez ouvrir ou fermer un compteur d’eau, consulter vos factures…
Sélectionnez votre commune et vous serez redirigé vers le site de votre distributeur d’eau.

Choisir sur la carte
Ou
Acigné Bédée Bécherel Betton Bourgbarré Bréal-sous-Montfort Brécé Breteil Bruz Cesson-Sévigné Chantepie Chartres-de-Bretagne Chavagne Chevaigné Cintré Clayes Corps-Nuds Gevezé Goven Guichen (secteur Pont-Rean) Irodouer La-Chapelle-Chaussée La Chapelle-des-Fougeretz La Chapelle-Thouarault La Mézière La Nouaye Laillé Langan Le Rheu Le Verger L’Hermitage Melesse Miniac-sous-Bécherel Montgermont Montreuil-le-Gast Mordelles Nouvoitou Noyal-Chatillon-sur-seiche Orgères Pacé Parthenay-de-Bretagne Pleumeleuc Pont-Péan Rennes Romillé Saint-Armel Saint-Erblon Saint-Gilles Saint-Grégoire Saint-Jacques-de-la-Lande Saint-Pern Saint-Sulpice-la-Forêt Talensac Thorigné-Fouillard Vern-sur-Seiche Vezin-Le-Coquet Fermer
  Qui sommes-nous ?  Les grands investissements  La modernisation de l’usine de Villejean

La modernisation de l'usine de potabilisation de Villejean

La Collectivité Eau du Bassin Rennais réalise depuis 2009 un important programme de modernisation de l‘usine de Villejean, mise en service en 1976, comprenant une phase de travaux pour améliorer le traitement de l’eau, puis une seconde concernant le goût et la sécurisation des installations.

Face aux enjeux d’augmentation des besoins en eau dans les années 2010 dans un bassin dynamique (+ 9 000 nouveaux habitants chaque année) et à celui d’améliorer le potentiel de traitement de l’eau du Meu, les élus de la Collectivité ont décidé en 2009 de lancer la restructuration de cette usine pour un montant de près de 20 millions d’euros.

B2-7 villejean nouvelleFiliere panneaux

La Collectivité Eau du Bassin rennais alimente environ 500 000 habitants sur 56 communes et vend également aux syndicats voisins. Les différentes ressources, rivières, barrage et captages souterrains, permettent de produire chaque année plus de 26 000 000 m³ d’eau potable. L’usine de Villejean, la plus importante de Bretagne tient un rôle majeur en produisant de 7 à 11 millions de m³ par an selon la capacité des autres usines.

Première phase (2009-2013) : amélioration du traitement de l'eau

Cette phase d’un coût de 12 500 000 € a permis d’améliorer le traitement de l’eau du Meu pour en augmenter notre capacité de prélèvement dans cette ressource, estimée entre 12 à 22 millions de m³ par an contre un prélèvement moyen de 1,1 million de m³ par an.

Les élus posent la première pierre de la restructuration de l'usine de Villejean le 21 juin 2011

Les travaux ont concerné la refonte de la tête de filière avec la construction de deux nouveaux ouvrages de traitement en tête de filière afin de séparer le traitement des matières en suspension d’une part (le décanteur Pulsatube®), de celui des micro-polluants comme les pesticides et les résidus médicamenteux (le réacteur à Charbon Actif en Poudre Pulsazur®) d’autre part. Cette première phase a permis de répondre à 4 objectifs :

  • faire face à l’augmentation des besoins en eau, en traitant l’eau du Meu prélevée par la station de pompage du Meu en toutes circonstances afin d’augmenter le potentiel de production à partir de cette rivière. Cette disposition contribue à la gestion coordonnée des ressources en préservant la réserve d’eau de la Chèze plus longtemps dans la saison, pour être plus apte à résister aux périodes de sécheresse
  • faire fonctionner l’usine en deux files distinctes de 2 000 m³/h afin de faciliter les opérations de maintenance et de sécuriser l’alimentation en cas d’arrêt des usines de Mézières sur Couesnon et Rophémel.
  • Améliorer la performance énergétique de la filière par l’installation d’un traitement économe et d’une centrale photovoltaïques de 618 m².
  • Améliorer la qualité de l’eau potable par :
    • Une diminution des teneurs en COT (Carbone Organique Total = matières organiques), cela permet de réduire les consommations en chlore et améliorer le gout de l’eau
    • Le renforcement du traitement contre micro-polluants (pesticides, résidus médicamenteux).

Visite de l'usine de traitement d'eau potable de Villejean

Deuxième phase (2014-2018) : amélioration du goût et sécurisation des installations

Une deuxième phase de travaux d’un montant de 6 300 000 € s’est déroulée entre 2017 et 2019. L’objectif de ces travaux était d’améliorer le goût et la qualité de l’eau produite et de sécuriser les installations. Les travaux se sont déroulés principalement sur l’aval de la filière : les filtres à sables et la désinfection de l’eau et se poursuivent par la réhabilitation du bâtiment d’exploitation.

  • Les filtres à sable ont fait l’objet de travaux conséquents, avec l’installation d’une toiture de 160 tonnes, avec un porte à faux de 30 m, couvrant et fermant l’ensemble des 6 bassins pour éviter la contamination aérienne de l’eau, le développement d’algues en été et le gel l’hiver. La gestion des filtres a aussi été grandement améliorée par une régulation plus fine des débits en sortie et le déclenchement des lavages de ces filtres sur un indice de colmatage ou un temps de fonctionnement réduisant les pertes en eau.
  • Création d’un nouveau local de 140 m² pour stockage du Bisulfite, de la soude et la production d’ozone,
  • L’étape de post-ozonation, qui apportait une désinfection efficace mais était source non-conformité de l’eau à cause de la formation de Bromates (réaction chimique liée à l’ozonation) a été supprimée. La désinfection est réalisée à la fois par la mise en œuvre de 6 réacteurs ultra-violet moyenne pression permettant un traitement de désinfection par rayonnement UV inactivant les micro-organismes (Bactéries, virus, parasites). Chacun des réacteurs a son pilote et une mesure de débit permettant d’automatiser l’augmentation ou la diminution de la puissance du rayonnement.
  • La désinfection par surchloration selon le procédé dit « au break point », l’ajout de chicanes dans les citernes augmentant le temps de contact et facilitant le brassage de l’eau et le traitement du résiduel d’azote ammoniacal. L’injection de bisulfite après cette étape permet de déchlorer au strict nécessaire pour le transport dans le réseau de distribution.
  • Une bâche dite « Economie d’eau » de 50 m³ a aussi été créé. Elle est alimentée par les premières eaux de remise en service des filtres à sable. L’eau est utilisée pour les balayeuses ou hydrocureuses pour l’entretien par la ville de Rennes et de Rennes Métropole.

 

La restructuration se poursuit.