Terres de Sources, un projet alliant l’eau, l’économie locale et la juste rémunération des agriculteurs

L’eau potable de l’agglomération rennaise provient de zones d’élevage parmi les plus productives de France, sur les pays de Fougères, Dinan, Rennes et Brocéliande. L’ambition de Terres de Sources est de soutenir les agriculteurs engagés dans la protection de la ressource en eau, en mobilisant les habitants et les acheteurs publics du Bassin Rennais.

Le projet s’articule en trois axes : (1) d’une part, le recours à une innovation de dimension européenne, dont la ville de Rennes a été à l’initiative, qui offre la possibilité aux restaurations collectives (par ex les cantines scolaires) d’acheter des denrées alimentaires aux exploitations agricoles locales (plus précisément les exploitations situées en amont des captages d’eau potable et qui s’engagent dans une démarche de progrès de leur mode de production) ; (2) d’autre part, le lancement de la marque labellisante Terres de Sources® pour commercialiser les produits de ces mêmes exploitations dans tous les circuits de distribution du territoire. (3) Enfin, la transition agro-écologique nécessite le développement de nouvelles filières de production et de transformation agricoles pour répondre à l’évolution de la consommation.

Pour Yannick Nadesan, président de la Collectivité Eau du Bassin Rennais : “Terres de Sources propose un changement d’écosystème de l’agriculture à l’alimentation, en passant par l’industrie agroalimentaire, la commande publique, les magasins… sur la base d’une idée simple : l’amélioration écologique de la production agricole, au nom de l’intérêt général, doit être rémunérée pour qu’elle se concrétise”.

Terresdesources Logo WEB

Un outil de transition qui mobilise agriculteurs, consommateurs, collectivités locales et entreprises

En valorisant le lien entre eau du robinet et alimentation, l’idée est de stimuler le développement économique d’une agriculture vertueuse par le levier de la consommation. Via l’équation bien connue de “la demande soutient l’offre”, il s’agit donc d’inviter les habitants, à acheter des produits labellisés Terres de Sources. Cette nouvelle marque porte les valeurs suivantes : protéger la ressource en eau, soutenir l’économie locale et rémunérer au juste prix les agriculteurs.

Un dispositif de traçabilité et de certification permettra de vérifier le respect de ces valeurs et de donner confiance aux consommateurs. Les agriculteurs engagés vont être accompagnés pour faire évoluer leurs pratiques agricoles actuelles (réduction des engrais et des produits phytosanitaires) et introduire de nouvelles productions végétales (protéagineux, fruits, légumes, céréales, sarrasin, fibres). En effet, les agronomes ont démontré que la diversification des productions réduit l’usage des produits chimiques ; ce qui est bénéfique pour l’eau. Ces productions seront structurées au sein de nouvelles filières locales soutenues financièrement par les crédits du plan d’investissement d’avenir.

En contrepartie, grâce au travail d’éducation à la consommation responsable et de valorisation du label Terres de Sources, ces productions agricoles vont trouver un débouché local, auprès de consommateurs informés et engagés, dans des circuits de distribution locaux et diversifiés (vente à la ferme, marché, magasin de proximité, grande et  moyenne surface…).

 

Un projet sur les rails, construit par une centaine d’organismes partenaires

60 projets locaux identifiés, d’un coût global voisin de 80 millions d’euros, vont bénéficier du financement de la Caisse des Dépôts. Ils vont ainsi permettre d’accélérer l’évolution des pratiques agricoles, de soutenir le déploiement de nouvelles filières de productions alimentaires et non alimentaires, de mettre en œuvre de nombreuses actions d’éducation à l’alimentation durable, et de développer les débouchés pour les productions agricoles locales. Parmi les partenaires rassemblés autour du projet Terres de Sources, on retrouve des industriels comme Valorex, des associations comme la Maison de la Consommation et de l’Environnement ou Eau et Rivières de Bretagne, des Collectivités comme Rennes Métropole ou Fougères agglomération, des scientifiques comme l’INRA ou les Universités de Rennes 1 et Rennes 2, des organismes de développement agricoles comme la Chambre d’agriculture et Agrobio35, des start up, ou des distributeurs comme Biocoop, Breizhicoop ou encore Leclerc, Intermarché, U…

 

Et dans 10 ans

Le territoire du Bassin Rennais et de ses captages en eau potable devrait bien changer d’ici 2028. Il est ainsi prévu que :

  • 25% des exploitations (soit 750), bio ou conventionnelles, soient engagées dans Terres de Sources et diversifient leurs productions (protéagineux, blé noir, chanvre, légumes, céréales…)
  • 25% des habitants connaissent la démarche Terres de Sources et fassent évoluer leur régime alimentaire pour “manger mieux, local et durable”
  • le revenu de ces agriculteurs soit amélioré et diversifié
  • 79 millions d’€ aient été investis grâce à l’effet de levier des 20.6 millions d’€ de “territoires d’innovation”
  • la qualité de l’eau soit améliorée, et les coûts de potabilisation réduits (économie potentielle de 500.000 €/an)

 

À propos du Programme d’Investissements d’Avenir

LOGO Investirlavenir RVBDoté de 57 milliards d’euros, le Programme d’investissements d’avenir (PIA), piloté par le Secrétariat général pour l’investis­sement (SGPI), a été mis en place par l’État pour financer des investissements innovants et prometteurs sur le territoire, afin de permettre à la France d’augmenter son potentiel de crois­sance et d’emplois. Le troisième volet du PIA, doté de 10 mil­liards d’euros, s’inscrit dans le cadre du Grand Plan d’Inves­tissement (GPI) de 57 milliards d’euros présenté par le Premier ministre le 25 septembre 2017. Le troisième volet du PIA, doté de 10 milliards d’euros, s’inscrit dans le Grand Plan d’Inves­tissement (GPI) de 57 milliards d’euros engagé en 2017 par le Gouvernement et mené tout au long du quinquennat, afin d’accompagner les réformes structurelles et répondre à quatre défis majeurs de la France : la neutralité carbone, l’accès à l’emploi, la compétitivité par l’innovation et l’État numérique.

Pour en savoir plus sur les investissements d’avenir :

http://www.gouvernement.fr/secretariat-general-pour-l-investissement-sgpi

Twitter : @SGPI_avenir

 

À propos de la Banque des  Territoires

 Créée en 2018, la Banque des Territoires est un des cinq mé­tiers de la Caisse des Dépôts. Elle rassemble dans une même structure les expertises internes à destination des territoires. Porte d’entrée client unique, elle propose des solutions sur mesure de conseil et de financement en prêts et en investis­sement pour répondre aux besoins des collectivités locales, des organismes de logement social, des entreprises publiques locales et des professions juridiques. Elle s’adresse à tous les territoires, depuis les zones rurales jusqu’aux métropoles, avec l’ambition de lutter contre les inégalités sociales et les fractures territoriales. La Banque des Territoires est déployée dans les 16 directions régionales et les 35 implantations territoriales de la Caisse des Dépôts afin d’être mieux identifiée auprès de ses clients et au plus près d’eux.